[IDÉES] Partir en mer : et si on succombait aux charmes du Royal Clipper?

Qui n’eut pas rêvé un jour de se balader sur un voilier et d’entendre le murmure de la mer ? Qui n’eut pas rêver endosser le rôle d’un matelot une journée durant ? Qui n’eut pas rêvé de se laisser emporter par l’amour de la mer, le temps d’un instant ? Ce ressenti aussi unique soit-il aurait le mérite d’être vécu à bord d’un gréement d’exception : le Royal Clipper. En visite avec Happy Few Voyages et David et Marcel, voici un petit aperçu de ma journée de marin.

 

 

Ce petit rêve de visiter un voilier fût chose faire lors de mon invitation à bord du Star Clipper, organisé par Happy Few Voyages ainsi que David et Marcel. Ce jour-là, la température tapait encore bien fort, comme la promesse d’une fin d’été. Une brise soufflait légèrement, comme les débuts d’un automne approchant. Une fois arrivés au port Canto, nous embarquions à bord d’une annexe en direction du Royal Clipper, qui était au mouillage. Une fois arrivés, nous approchions tout doucement vers l’énorme embarcation. Nous paraissions bien petits à côté de ce géant des mers aussi gros que beau. De là, commença la visite.

Mais avant tout, un peu d’histoire s’impose. Le Royal Clipper est un bateau fondé en 1991 et surtout le plus grand voilier de croisière du monde. Avec ces cinq mâts, ce dernier est toujours intégralement gréé et vogue au gré des flots grâce à une surface de voilage atteignant 5000m2. Inspiré du Preussen, un gréement construit en 1902, l’idée était de récréer des croisières de luxe proposant des destinations hors des sentiers battus. Parmi celles-ci figurent les Caraïbes, l’Asie du Sud-Est et la Méditerranée.

 

image00006
À table en bonne compagnie

L’intérieur est tout aussi surprenant. Richement orné par de vieux accessoires rappelant la navigation d’antan, on se laisse volontiers bercer par l’esprit art déco. Certains diront que cela rappelle l’avènement des croisières au début du XIXe, d’autres soutiendront que c’est aussi et surtout l’avènement du voyage… Emerveillés et chamboulés par la grandeur et le charme des lieux, ce géant des mers possédait tous les atouts pour ne pas laisser les voyageurs indifférents. La cerise sur le gâteau fut tout de même la visite des suites. Bien aménagées et joliment décorées, elles rappelaient le côté ancien, mais charmant de ce gréement d’exception.

Une fois à bord, une multitude d’activités sont offertes. Parmi elles figurent les visites, en dehors des sentiers battus, et surtout pas rythmées par les chronomètres. Outre celles-ci, il y a beaucoup à faire sur le navire. Profiter des piscines, des balades sur le pont, de l’air marin, de la cuisine proposée à bord et autres distractions. Une chose est sûre, il serait bien difficile, voire impossible, de succomber à l’ennui à bord du Royal Clipper.

 

image00004
Le Royal Clipper, au mouillage dans la baie de Cannes

 

Ainsi, la visite de ce navire fût instructive et donnait une furieuse envie de voyager… À vrai dire, ma journée m’a permis de me réconcilier avec la croisière : pas d’emploi du temps réglé à la minute près, pas autant de monde (accueille 227 passagers uniquement) et surtout respecte l’idée selon laquelle le voyage n’est pas une course au nombre de pays visités en un laps de temps record. D’ordinaire, il est vrai que je ne suis pas d’accord avec le principe de la croisière, qui, selon moi va à contre-courant du voyage. Or, dans le cas du Royal Clipper, j’ai été conquise par le côté « slow travel » au cadre cadre intimiste, informel et surtout, familial.

 

image00005

Publicités

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s